La radio, un média de proximité, démocratique, affectif et spontané

Des sondages récents montrent l’étonnante vitalité de la radio comme média populaire, avec lequel la population entretient un rapport affectif qui ne semble pas atteint par la télévision ou les nouveaux médias.

Accessible et démocratique, elle ne demande aucune connaissance technique pour se l’approprier, elle est présente dans l’environnement quotidien, partagée par toutes celles et tous ceux qui sont dans le périmètre audible du « poste ». D’où notamment sa valeur « familiale ». Contrairement à la télévision, elle n’incite pas à des dépenses somptueuses ou à un crédit : la radio n’a pas besoin d’un écran plasma dernière génération.

Comme le disait Orson Welles : « L’avantage de la radio sur le cinéma, c’est qu’à la radio l’écran est plus large ».

Cette objet-média est si familier, qu’il s’avère propice à l’exploration humaine et sociale : la technique ne vient ni troubler ni parasiter la prise de son, nul n’est impressionné par le dispositif. La spontanéité peut s’installer très vite.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.